50 propositions pour renforcer l'attractivité REVITALISER et redynamiser le centre-ville de Blois !

Le centre-ville de Blois souffre d'un déficit d'attractivité, tant sur le plan commercial (70 cellules commerciales vacantes en centre-ville et en Vienne) que sur le plan de l'habitat (23% de logements vacants, chiffre en progression chaque année). Par ailleurs, le tourisme est un atout qui n'est pas suffisament exploité.

Cette page a pour but de présenter une réflexion sur le centre-ville et les problématiques qui y sont liées, ainsi qu'un certain nombre de propositions ayant pour but de redonner de l'attractivité à celui-ci.

Ce travail personnel a été effectué essentiellement durant le 1er semestre et l'été 2013, à force de réflexions, par l'identification des besoins, et des potentiels de certains lieux, par l'observation de ce qui se fait ailleurs, en France mais aussi à l'étranger, de par mon métier, et grace aux échanges (parfois extrèmement riches) avec d'autres habitants du centre-ville, des autres quartiers ou de l'extérieur, des commerçants, des touristes qui ont alimenté cette réflexion. J'aimerais saisir l'occasion de remercier ces personnes, sans qui ce dossier n'aurait pas pu voir le jour, ou du moins pas comme il l'est aujourd'hui, j'en profite également pour remercier les services de la ville et d’agglopolys ayant transmis un certain nombre de documents.

Le dossier réalisé sera mis en ligne ultérieurement, d'ici quelques mois (le temps de sa rédaction définitive, de réaliser les illustrations, de réaliser quelques compléments comme le chiffrage financier de certains projets, et faire la mise en page). Pour l'instant, cette page reprend donc uniquement les propositions formulées (une cinquantaine).

Bien sûr, chaque proposition est criticable, mais chacune a au moins le mérite d'exister et de répondre à un ou des problèmes et à des attentes. Bien sûr, toutes ne pourront pas être réalisées d'un coup, il faudra sélectionner, faire des choix, étaler dans le temps, mais il faut commencer dès aujourd'hui. Un proverbe d'un philosophe chinois, Lao Tseu, ne disait-il pas "un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas" ?

On dit qu'il n'y a pas d'argent, mais lors qu'on dépense des millions d'euros dans certains projets, qui ne répondent pas aux problématiques de la ville, n'aurait-on pa pu réaliser à la place,en terme d'investissement des choix porteurs d'avenir qui permettront de créer de la richesse, et ensuite, une fois l'économie revenue se faire plaisir avec des projets tels que passerelle gare (11,2 miilions d'euro TTC, avec les études et les travaux connexes) ?

De plus, certaines propositions ne sont pas coûteuses, d'autres peuvent être réalisées lors de diverses opérations, et ne font appel qu'à l'intelligence et à la réflexion, (au lieu de l'action systématique, sans aucune réflexion, par habitude, et qui ne répond pas aux besoins des personnes, ni aux problématiques posées) (par exemple, lorsqu'on refait un lieu, pourquoi toujours mettre des bancs, et de surcroît mal orientés, alors que d'autres types d'assises peuvent être implantées, proposant une autre relation aux autres et à l'espace et donnant une réelle valeur ajoutée au lieu, et parfois pour des coûts moins élevés ?).

Beaucoup de propositions auraient pu (voire auraient dû) être réalisées déjà depuis des années, ce qui aurait évité au centre-ville de Blois de se trouver dans la situation où il se trouve aujourd'hui.
© 2013-2015 blois.me
Travail réalisé en 2013 - dernière mise à jour le 18 mars 2014.
Mobilité (circulation et stationnement)

# Proposer une offre de stationnement spécifique le samedi après-midi, afin de renforcer l'attractivité commerciale, dans le but d'inciter le chaland à revenir faire ses courses au centre-ville (stationnement gratuit / stationnement gratuit contre achats).

# Développer le nombre de places 20 minutes au pied des commerces et faire respecter ce délai (éventuellement en plus, instaurer les 20 premières minutes gratuites sur les autres places en pied d'immeuble).

# Créer des parkings relais aux portes de la ville, et reliés au centre-ville par des navettes performantes (rotation toutes les 6 minutes) pour les travailleurs (le quartier centre accueille 9000 salariés), les chalands et les touristes, afin de désengorger la circulation dans le centre-ville et reporter en périphérie une partie de la demande en places de stationnement.

# Fluidifier le trafic en périphérie (rocade, certains rond-points sont problématiques, surtout auc heures de pointe), afin d'inciter les conducteurs en transit à ne pas passer par le centre-ville.

# Créer des offres spécifiques dans les parkings souterrains pour les habitants du centre-ville et les travailleurs, afin de libérer des places en surface.

# Favoriser les déplacements doux en créant de vraies pistes cyclables, lorsque cela est possible, et non de simples bandes cyclables, pas toujours sécurisantes.

# Créer des parkings à vélo sécurisés dans les parkings souterrains ou à proximité immédiate (qui vont être repris en régie directe par la ville à partir du 1er janvier 2014), afin que les habitants n'ayant pas la possibilité de garer de vélo chez eux, aient une alternative ; afin que les personnes venant au centre-ville aient des emplacements sécurisés pour les garer (principalement pour les personnes y restant plusieurs heures d'affilée, voire la journée : travailleurs, chalands) ; et afin que les habitants du centre-ville puissent rejoindre les parkings souterrains plus rapidemment, dans le but de les inciter à ne pas garer leur voiture n'importe où pour être au plus près de chez eux (stationnement sauvage).

# Créer un parking à vélo près de la gare, destiné à assurer un stationnemet sécurisé des vélos pour les personnes prenant le train (incitation à prendre le vélo afin de désengorger le parking voiture qui est saturé) (forte demande) (d'après les dernières nouvelles, un sera construit début 2014, avant les élections).

# Créer un parking à vélo sécurisé au coeur du centre-ville pour les touristes empruntant la Loire à Vélo, avec un emplacement où ils peuvent mettre leurs bagages (très forte demande depuis des années, mais rien n'a été fait, malgré le manque à gagner pour la ville).

# Créer un document et des panneaux mentionnant le temps de parcours moyen d'un point à un autre, à bicyclette et à pied, afin d'inciter les gens à utiliser les modes doux (le document mentionnera les pistes et les bandes cyclables, les contresens cyclables, les zones de rencontres et les zones 30, les garages à vélo, les dénivelés,...).

# Mettre en place un vrai bus de soirée pour le centre-ville de Blois, jusqu'à 00h30 le week-end, comme pour la zone Cap'Ciné/Quick, afin de rétablir l'équilibre entre ces deux secteurs, afin de palier au problème de stationnement en soirée ainsi qu'à la conduite sous l'emprise de l'alcool. (lors des réunions dites "de concertation" j'avais proposé que la navette partant de Cap'Ciné ait un point fixe au centre-ville, afin de prendre des passager, ce qui ne coûterait rien à la collectivité mais celle-ci n'a pas été acceptée)
Habitat :

# Identifier les immeubles et les logements vacants, puis engager un travail avec leurs propriétaires (ex : inciter à vendre un immeuble au lieu que celui-ci se délabre avec le temps, ex : inciter les propriétaires à réaliser des travaux pour rendre accessibles les appartements situés au-dessus des magasins, qui peuvent être rentabilisé par leur vente ou leur location).

# Mettre en place un service et des fiches conseils destinés aux propriétaires souhaitant réaliser des travaux dans leurs biens pour les louer (conseils sur l'aménagement afin d'agir sur la qualité des logements -ex : palier au manque de lumière dans une rue sombre-, conseils afin qu'ils répondent à la demande en terme d'esthétique, de taille, etc.)- partenariat avec architectes, architectes d'intérieur, agences immobilières.

# Rétablir une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat pour le centre-ville de Blois ainsi que le quartier Vienne, confrontés à un important taux de logements vacants (aides de l'état dont la demande n'a pas été renouvellée par la ville).

# Conforter et développer sur d'autres secteurs les aides pour la rénovation des façades.

# Elaborer une charte pour la surélévation d'immeubles ou de maisons (résorbsion des dents creuses de manière douce, sans détruire), pour la location d'une partie de sa maison (ex : retraité dont la maison est devenue trop grande), ou la division de son jardin.

# Etudier la possibilité de surtaxer les immeubles laissés vacants depuis un certain temps (comme ce qui est annoncé pour les locaux commerciaux). Peut-être pas pour les appartements isolés pour ne pas repulser les propriétaires qui voudraient acheter pour louer (double punition s'ils n'arrivent pas à louer), de plus ils sont difficiles à inventorier.

# Créer une société d'économie mixte ou faire évoluer celle qui existe déjà pour les logements sociaux, afin qu'elle réhabilite des logements en centre-ville.
Ou achat d'immeubles directement par la ville, afin de les réhabiliter dans le but de les louer / les revendre, dans la même démarche qu'agglopolys qui a acheté des friches industrielles afin de remettre les terrains en valeurs pour que d'autres entreprises s'installent. (cela a un coût (achat des biens et des travaux à réaliser), mais cela peut être rentable à long terme, sans compter les retombées (impôts locaux, économiques > commerces) dues à de nouveaux habitants, tout en étant conscient que même en étant ambitieux cela ne peut se faire que sur la durée.

# Créer un "pôle santé" dans l'un des nombreux bâtiments vacants, afin d'inciter les médecins généralistes et spécialistes à revenir dans le centre-ville.

# Elaboration d'un document "mode de vie au centre-ville".
Cadre de vie : Agir plutôt sur le quotidien des Blésois et la qualité de vie, plutôt que de chercher à faire de gros projets disproportionnés fort coûteux, parfois inutiles (passerelle) cette partie sera détaillée et chiffrée prochainement.

# Réaliser des jardins partagés sur les terrasses inférieures des jardins de l'évéché (3700m² de terrains appartenant pour la grande majorité à la ville, et laissés à l'abandon), afin de valoriser cet espace, et d'offrir des jardins aux habitants du centre-ville, dans le but de répondre aux besoins des habitants, ce qui permettrait de les retenir dans le centre-ville).

# Aménager les bord de Loire, fort appréciés, afin d'en faire un véritable lieu de vie (tables, sièges, chaises longues, pontons...).

# Créer des équipements sportifs de plein air accessibles à tous, afin que les habitants du centre-ville aient des espaces à côté de chez eux.

# Réaliser des aménagements de qualité dans la ville, ayant pour but de renforcer le lien social entre les habitants, tels que des "salons urbains", des bacs de culture partagés. Créer des lieux publics ayant chacun des vocations particulières : détente, plan d'eau, terrain de jeux, lieu d'expositions, etc.

# Identifier les espaces sous exploités / qui pourraient être améliorés sans dépenser de gros budgets et réaliser un calendrier d'action.

# Création de points wifi dans les lieux publics (bord de Loire, terrasse de l'évéché), afin de pouvoir travailler en plein air.

# Création d'un service anti-tags (parcours, identification et entrée dans une base de donée dans le but d'identifier les auteurs et d'estimer les préjudices totaux subits pour demander réparation en cas d'interpellation, effacage rapide)

# Créer une maison de quartier et maison des associations dans le centre-ville.
Tourisme et culture:

# Créer une maison de l'Histoire et du Patrimoine de Blois, centre d'interprétation des paysages et du patrimoine du Val de Loire, afin de proposer un espace introductif aux parcours de la ville et un lieu qui doit s'imposer comme indroduction à la visite du Val de Loire, afin de faire de Blois et de son château un passage obligé.

# Valoriser le jardin des Lices en proposant un partenariat avec l'Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (qui peut et doit devenir la vitrine de leur savoir-faire), cinéma en plein air dans le cadre des Lyres d'été (en partenariat avec l'association Cinéfil ?).

# Animations autour de la Fondation du Doute dans la ville (le concept de fluxus est d'abolir les frontières entre l'art et la vie) ce qui permettrait de dynamiser le centre-ville et d'inciter les gens à aller dans cet espace.

# Créer un parcours ludique menant à la Fondation du Doute.

# Création d'un billet trio château / maison de la Magie / Fondation du Doute, qui n'existe pas actuellement.

# Regrouper les musées (qui offrent peu de visibilité pour les touristes) dans des mêmes lieux, afin de créer des pôles plus conséquents, plus visibles, inciter les touristes à visiter les petits musées, et développer les synergies (chaque musée conservant son indépendance dans son pôle).
Un grand pôle "histoire et patrimoine" : Maison de l'histoire de Blois, Musée de la Résistance, Musée d'Art religieux, bureaux des Rendez-vous de l'Histoire, et pourquoi pas archives municipales / départementales, services patrimoine de la ville de Blois.
Un pôle "nature" : Muséum d'histoire naturelle, Observatoire Loire.

# Créer des lieux d'expositions dans les bâtiments vacants appartenant à la ville, afin de valoriser les artistes locaux ainsi que ces lieux (vestiges de la salle du jeu de Paume, par exemple)

# Développer le concept de Blois Grand Format dans d'autres endroits de la ville.

# Créer un parcours artistique et culturel reliant les différents lieux d'expositions disséminés un peu partout dans le centre-ville et peu visibles pour les Blésois et encore moins pour les touristes.

# Créer un agenda culturel regroupant tous les évênements culturels de la ville (expositions, concerts,...) qu'ils soient organisés par la ville, par des associations ou par des privés.

# Valoriser la gastronomie régionale et l'histoire du chocolat Poulain (> pourrait être fait dans la halle et/ou dans le cadre de la Maison de l'Histoire de Blois).
Commerces :

# Créer une halle alimentaire au centre-ville, dans l'ancienne halle Louis XII, en particulier pour la vente de produits de qualité, produits localement

# Créer un village d'artisans (rue Saint-Lubin et des 3 Marchands ?) et favoriser l'implantation de magasins d'artisans, d'antiquaires, afin de conforter les commerces existants et de dynamiser ce secteur situé à deux pas du château.

# Moins taxer les petits commerces, les commerces de quartier et les commerces de centre-ville, et plus particulièrement des types de commerces que l'on souhaite valoriser (alimentaire, etc.) et plus les commerces périphériques ainsi que les grosses enseignes, pour compenser les loyers, et inciter ceux-ci à s'implanter dans le centre de Blois. (dans la mesure du possible > à voir)

# Créer des animations régulières au centre-ville (artisanat, sculptures, savoir-faire, expositions, marché aux plantes...), afin de faire venir du monde, ainsi que plusieurs grands évênements (fête de la Loire...) afin de compléter le panel déjà en place.

# Créer un site internet avec les boutiques, ainsi que la mobilité (stationnement, bus...), afin d'offrir une visibilité aux commerces, en particulier ceux implantés dans des rues moins passantes.

# Créer une carte de fidélité.

# Une garderie au centre-ville qui serait destinée en semaine aux habitants ainsi qu'aux comerçants et aux salariés, et le week-end aux consommateurs (chez les commerçants, restaurants, visites touristiques).

# Création d'un office du commerce et de l'artisanat Blésois.

# Embaucher un manager / gestionnaire de centre-ville, qui permettra de mettre en place une stratégie ciblée afin que le centre ville réponde aux besoins, et mettre en oeuvre les moyens afin de dynamiser ce centre-ville, tant sur le plan du commerce, du tourisme, que de l'habitat.
Mise à jour :

Ces éléments ont à la municipalité, mais malheureuseent sans retenir la moindre attention.

+ Un mail a été écrit au maire de Blois, au printemps 2013, afin de pouvoir échanger sur ce sujet, où ont été fournis quelques éléments, alors en cours d'élaboration, à laquelle il n'a jamais répondu (en dépit de nombreuses promesses). Première déception.

+ A la fin d'une réunion publique, au printemps 2013, je décide de parler du projet de jardins partagés sur les terrains appartenant à la municipalité. Or, ayant à peine pu évoqué le sujet, il m'a été répondu "ce n'est pas d'actualité" (au lieu d'écouter la totalité du projet, on coupe court, on clos la discussion et après ça ose dire être à l'écoute). Deuxième déception.

+ Par la suite, cet été, deux demandes de rendez-vous ont été effectuées afin d'échanger sur des propositions pour dynamiser le centre ville, connaître les possibilités de la municipalité, et échanger également sur le thème du patrimoine. Ceux-ci ont été classées sans suite ou refusés (pourtant c'est lui qui m'a donné le numéro et cela avait l'air sincère). Troisième déception.

+ En septembre, une rencontre fortuite à la fête du sport et une question concernant ces demandes de rendez-vous. La réponse : "si je les accepte tous, je ne m'en sortirais pas". Je peux comprendre qu'il soit très pris, mais n'ai-je pas le droit de prendre cela pour un manque de respect, voire une pointe d'arrogance de ne pas daigner accorder 1/2h, lorsqu'on passe, bénévolement et par passion pour sa ville et de ses habitants, des dizaines (centaines ?) d'heures à travailler sur des dossiers ? Quatrième déception.

+ Partageant un certain nombre d'idées, et ayant une approche sociale et écologique de la ville, j'avais participé à la préparation du programme pour les municipales dans l'équipe du maire sortant dans deux des quatres commissions : à la commission urbanisme-cadre de vie (ou j'ai demandé à ajouter le patrimoine, celui-ci n'étant pas, alors que Blois est ville d'Art et d'Histoire et Patrimoine Mondial de l'UNESCO !) et la commission culture, au printemps 2013. Un certain nombre de propositions présentes dans ce dossier, qui était alors en cours de réalisation, ont été proposées. Mais lors de la présentation du programme en octobre 2013, aucune n'a été retenue par l'équipe du maire pour des raisons que j'ignore. Ah si. Il a dit "prendre en compte les atouts de la ville", phrase que j'avais formulée, mais sans en saisir toute la consistance. Quelques jours plus tard, la rotonde ferroviaire était détruite. Et depuis, les anciens pavés de la rue du Foix sont menacés d'être remplacés par du béton brossé. Cinquième et sixième déception.

+ A la suite de la présentation du programme, je suis intervenu pour dire que je ne trouvais pas de cohérence dans le programme, que les problématiques n'était pas cernées, en prenant comme exemple l'attractivité du centre-ville et le développement durable et en citant quelques points, et en faisant une comparaison avec la manière de réaliser un projet d'architecture (problématiques > réponses). On m'a alors répondu que c'est l'agence de communication qui donnera la cohérence au projet (je n'écrirais pas les termes exacts tant ils sont effarants), et qu'il y aura 2 3 propositions pour dynamiser l'activité commerciale, et que ça suffira bien. Septième déception.

+ Après les voeux aux habitants ayant eu lieu à l'Hôtel de Ville en janvier 2014, je réussis à avoir une discussion entre deux portes avec Monsieur le Maire. Je lui demande des explications sur ces refus et lui fait part de ma déception, en insistant aussi sur le fait que ce travail a été réalisé en se nourissant des discussions avec la population (je suis également conseiller de quartier). Il affirme que lui écoute 800 personnes à chaque session de réunions publiques (qui me semblent plus être un exercice de communication et d'argumentation que de réelle écoute et prise en compte des paroles des habitants), donc l'avis des habitants il les connait, non sans faire une comparaison avec les 700 questionnaires que Jacques Chauvin a reçu des habitants. Quelle arrogance ! Huitième déception.
Par ailleurs, à propos de la salle du jeu de Paume, il affirme que toutes les villes mettent leur salles à l'extérieur, donc c'est qu'il doit y avoir une raison. (on suit la masse sans se poser de questions) Neuvième déception. A propos du centre-ville, Blois est une petite ville et qu'on ne peut donc pas faire grand chose. (Absence de volonté, autosuffisance). Dixième déception.

Dialogue de sourds. Ca ne sert à rien. Ayant eu plus que déceptions que les chats possèdent de vies, et extrèmement déçu et le moral miné par ce manque d'écoute et cette arrogance envers les habitants, ça ne sert à rien de s'épuiser à insister et d'attendre quelque chose de ce type de personnages. Pourtant, il me semble que la démocratie est aussi le fait d'avoir un minimum d'échanges (réels) avec les habitants. L'écoute et la disponibilité semble être qu'une façade et un argument de comm'.


Je trouve dommage
ce manque d'écoute, et cette absence totale de réceptivité.

Là il ne s'agit même pas d'être d'accord ou pas d'accord sur tel ou tel point, puisqu'ils n'ont même pas pu avoir connaissance des propositions proposés.

Il s'agit de proposer des pistes, d'en faire part, de demander des explications sur certains points (comme le non-renouvellement de la demande d'aides de l'OPAH) d'être force de proposition, d'émettre des avis professionnels sur certains projets (alors qu'on affirme manquer de grandes surfaces commerciales au centre-ville, est-il logique d'utilisiser le halle (2500² sur deux niveaux) pour réaliser une maison de la BD, qui comportera essentielement des bureaux - la salle d'exposition prévue ne esurant que 107m² alors qu'elle aurait pu se faire dans d'autres espaces identifiés ? un projet plus cohérent, et moins coûteux pour la collectivité), d'avoir un réel échange constructif, dans les 2 sens, afin de nourir cette problématique, et de faire bouger les choses, de construire la ville, pour la ville, pour les Blésois.

Pourtant, je pense que chaque citoyen a quelque chose a apporter, par son regard sur les choses. Le professionnel, qui de plus est passionné par sa ville. on parle de participation des habitants, mais elle n'est que façade

Il ne faut pas s'étonner du manque de confiance que les Français accordent à leurs politiques et de l'augmentation constante de l'absention lors des différentes élections, ou des votes vers les partis extrèmes et démagogiques (ce qui risque d'être le cas à Blois pour les municipales, malheureusement).

Quel est l'intérêt de faire des choses en vase clos, sans être soumis à la critique. Quel est l'intérêt de ne pas vouloir écouter les habitant ? c'est gratuit ! Les pistes ne sont pas personnelles, ils peuvent s'en nourir pour créer leur projet.
En attendant, ils essaient toujours de trouver des idées pour dynamiser le centre-ville, et veulent à tout prix implanter leur monoprix derrière l'église Saint-Vincent, convaincu qu'il sera cette locomotive commerciale tant recherchée pour que les chalands reviennent faire leur courses au centre-ville !


Pour information, n'ayant rien à apporter, et ayant le sentiment de perdre mon temps, je me suis désolidarisé depuis cet automne de la majorité. Autant pour cela que pour cause de mauvaise gestion financière, absence d'intérêt pour le patrimoine, non prise en compte des atouts de la ville dans les projets d'urbanisme, manque d'ambition et absence de stratégie globale, délaissement du centre-ville et délocalisation des activités qui s'y déroulent en périphérie, auto-satisfaction permanente -peut-être le propre des politiques ?-, absence d'écoute de la population, des associations et des professionnels, le tout communication, etc.), même si tout n'est pas à jeter, loin de là.

Cependant, des opposants de trois listes politiques différentes, même si on ne partage pas toutes idées et la même conception des choses, se sont montrés intéressés par ce travail et la réflexion en amont, ainsi que par le plan d'optimisation quartier Gare, et m'ont contacté, ce qui est rassurant sur le fond, mais pas sur le plan des interlocuteurs précédement cités et pour la suite des évênements.


Dont acte.


Comme il ne faut rien attendre de la muncipalité sur ce plan là, l'écoute étant proche du néant, rien ne sert de continuer sur cette voie. Ce dossier n'ira donc probablement pas plus loin.


Néanoins, des moyens d'action seront mis en oeuvre à terme, afin de réaliser ce qu'il est possible de réaliser, à notre échelle, et avec nos moyens, tant humains que financiers (même s'il sont malheureusement limités), et cela dans un esprit collaboratif.
Terrasses inoccupées.
Carte des immeubles vacants (2012).
Boxes individuels sécurisés pour vélos dans la commune de Fontaine, en Isère
Logements vacants.
Blois grand format.
Création d'une halle alimentaire à Chambéry, une ville de taille comparable à Blois.
Animation peinture dans les rues à Tunis.
Patrimoine :

# Valoriser les entrées de ville. Installer des panneaux d'entrée de ville de qualité (dans le même esprit que Chambord), qui marquent l'entrée de la ville de Blois ainsi que son statut et son identité, ce qui marquerait dès l'entrée les visiteurs.

# Restaurer et entretenir le patrimoine existant (Saint-Nicolas, Saint-Vincent) et protéger et mettre en valeur le "petit patrimoine" ou patrimoine vernaculaire, qui participe à l'identité de la ville (maisons, patrimoine industriel, faubourgs, pavés de rue,...) et qui fait aussi la richesse de Blois et de ses quartiers (paysages et patrimoine du quotidien).

# Inciter à la promenade, à la déambulation dans la ville, faire connaître les endroits cachés et non accessibles (privé, dangereux) par des moyens alternatifs (photo ?)

# Revoir les hauteurs maximum des immeubles autorisées par le PLU dans les quartiers anciens, qui ne correspondent pas aux hauteurs du bâti de ces quartiers.

# Prendre en compte le patrimoine existant dans les projets d'urbanisme, ce qui n'est malheureusement pas le cas actuellement (démolition annoncée de la rotonde ferroviaire, petit pavillon d'octroi en brique situé près de la gare menacé,...).
Partir des atouts existants pour élaborer chaque projet, qu'il soit d'urbanisme ou d'aménagement (rue).

# Etendre le secteur sauvegardé à d'autres quartiers anciens comme une partie de Vienne, le Haut Bourg, le Bourg Neuf, le quartier des hautes granges,... afin de protéger et mettre en valeur l'âme de ces quartiers, et ce qui permettrait également aux propriétaires de pouvoir demander des subventions afin d'effectuer des rénovations de qualité (c'est ce qu'a fait la ville de Tours).

# Créer un service du patrimoine qui travaillerait avec celui de l'urbanisme et un maire-adjoint au patrimoine. (Blois est Ville d'Art et d'Histoire, est située dans le périmètre du patrimoine mondial de l'Unesco, mais autant surprenant que ça puisse paraître, il n'y en a toujours pas ! - il n'y a qu'un service d'animation du Patrimoine, c'est à dire le minimum).
Rotonde ferroviaire de Blois, détruite cette année par la municipalité.
Proposition de totem en ardoise, placé en entrée de ville.
Proposition
Ponton
Pavés, menacés de démolition dans le cadre de travaux de rénovation voirie.
Différentes assises.
La cohérence dans les projets et la stratégie de territoire.

Afin de dynamiser le centre-ville,il faut
élaborer une véritable stratégie de territoire, et une cohérence dans les projets, ce qui n'a toujours pas été réalisé jusque là.

Pour cela,
il faut commencer par arrêter de tout excentrer du centre-ville, ce qui ne fait que l'affaiblir et le dévitaliser, alors qu'au contraire, il faudrait redonner au centre-ville sa fonction de centre-ville et affirmer son statut de centralité (centre-ville). Cela dénote une absence de stratégie globale.

Durant ces dernières décennies, il y a eu des opérations privées comme la décentralisation des commerces avec la
création des zones commerciales (ouverture de ce qui est ajourd'hui le Cora en 1972, construction de ce qui sera le Auchan en 1983, développement à partir du milieu des années 1980 jusqu'à aujourd'hui de la zone commerciale Vineuil/Saint-Gervais-la-Forêt, et de la zone commerciale Nord autour de l'année 2000 et jusqu'à ce jour), et la disparition des cinémas du centre-ville au profit de la périphérie (ouverture de Cap'Ciné en décembre 2000, fermeture du cinéma des 3 clefs et du cinéma le Wilson).

Depuis,
alors qu'on tente de colmater les brèches, c'est au tour de la municipalité de décentrer en délocalisant un certain nombre d'équipements :

- Fermeture de la piscine Saint-Jean, au centre ville, remplacée par l'Aggl'eau, un équipement, certes nécessaire mais située en périphérie. (Piscine voulue par l'équipe Jack Lang, projet élaboré par l'équipe Perruchot, lancée en 2008 par l'équipe Gricourt, et ouverte en 2011 - Fermeture de la piscine du Quai Saint Jean actée dans la délégation de service public sous la municipalité Perruchot, dénoncée par la Gauche, mais poursuivie une fois aux commandes (malgré la pétition de 1300 signataires - dont de nombreuses travaillant sur Blois et qui y allait entre 12h et 14h) (pour information, coût de cet équipement : 20 570 300 €, dont 8,6 M€ par financement public, et 11 970 300 € par aquaval, qui recevra pendant 20 ans une subvension annuelle versé par agglopolys de 2 042 440 € afin d'assurer les charges d'exploitation et la mission de service public).
Par ailleurs, un centre d'interprétation du paysage, va être créé en partenariat la Mission Loire, dans le cadre du Vale de Loire au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, au camping du Val de Loire, alors qu'il aurait pu être construit dans le centre-ville, afin d'attirer les touristes ; les lieux touristiques de Blois et ce lieu étant complémentaires et pouvant se booster l'un à l'autre.

L'excuse généralement évoquée pour la fuite des équipements en périphérie est que ce n'est pas la ville, c'est l'agglo. Or, cela est une fausse excuse, car :
1- ces équipements appartenaient à la ville, mais ont été cédés à l'agglo, par la ville ;
2- les élus de Blois représentent près d'un tiers des élus de l'agglomération, ce qui est un poids conséquent.

L'autre excuse est que toutes les villes font pareil :
1- or, non, ce n'est pas vrai, Périgueux a son multiplexe cinéma en plein centre-ville, et alors que la municipalité de Blois cherche encore sa "locomotive commerciale", qui sera un magasin alimentaire (sans doute Monoprix) qui n'attirera pas les gens de l'extérieur, Chambéry a construit son multiplexe cinéma en plein centre-ville, ainsi qu'une halle ouverte 4 jours par semaine, et une galerie regroupant un monoprix, une "mini" fnac, un "nature et découvertes", etc., en 2011, et depuis 3 ans, la redynamisation se fait clairement ressentir !
2- ce n'est pas parce que beaucoup de ville le font, qu'il faut faire pareil. D'autant que Blois a ses espaces libres près de la gare, possède de très nombreux bâtiments vacants, (dont un certain nombre appartenant à la ville) on ne peut pas affirmer qu'on veut dynamiser le centre-ville sur le plan du commerce et de l'habitat et faire l'inverse !

Le statut de centre-ville doit être affirmé comme un lieu de centralité. De plus, le centre-ville de Blois est apprécié par les habitants, car tout est faisable à pied, ce qui est un véritable atout. Or lorsqu'on dispache ses éléments, en plus de l'affaiblir, on diminue ses avantages et donc l'attrait porté par des habitants qui s'attendent à y trouver un certain nombre de choses, donc qui ont de moins en moins de raison pour s'y installer (prendre la voiture pour aller faire ses courses, aller au cinéma, à la piscine, etc.), sans compter les problèmes inhérents aux transports en commun pour desservir ces différents espaces devenant autant de lieux de centralité.
- salle du jeu de Paume, (coût estimé à 32 millions d'euro) qui a pour but d'accueillir, en plus des manifestations sportives ou des gros concerts, un certain nombre de manifestations se déroulant à la Halle aux Grains : spectacles, manifestations économiques, (salon de la la maison, du mariage, du chiot,...), salon des associations, ou d'évênements culturels comme les rendez-vous de l'histoire (mais les organisateurs ne sont pas d'accord) et BDboum (la municipalité est assez floue sur le sujet).
Cette salle aurait pu se trouver non loin de la gare, dans le projet d'aménagement Gare, ce qui aurait permis de dynamiser le centre-ville (gens qui viennent s'y restaurer avant d'aller voir un concert, un match), le parking (500 places à son emplacement actuel) aurait pu être mutualisé avec celui de la gare (horaires d'utilisation différents, économie foncière et économie financière), cela aurait également permis d'inciter les gens à prendre le bus (nombreuses lignes), et de tirer parti de la position de Blois entre Tours et Orléans (une trentaine de minutes de ces centres en train).
Par ailleurs, la petite salle de cet équipement, destinée à la pratique sportive des scolaires (alors qu'il n'y a pas d'écoles à proximité) aurait pu être utilisée par les étudiants en soirée (obligation de construire un équipement sportif à moins de 10 minutes de l'école d'ingénieur) et/ou pour les habitants du centre-ville, afin, encore une fois, de réduire les coûts et de dynamiser le centre-ville.
Mais, selon le maire-adjoint à l'urbanisme, Louis Buteau, cet emplacement n'a même pas été envisagé !

- délocalisation de l'observatoire Loire, actuellement situé rue Vauvert, dans le quartier du Puits Châtel, au parc des Mées, à la Chaussée Saint-Victor (voté en février 2014). Coût : 1,5 millions d'euro.

- dans une moindre mesure, transfert du musée de la Résistance près du pont Gambetta
Un centre-ville qui perd sa centralité et qui s'affaibli.
Une chose qui ressort est que Blois est une ville riche et regorgeant de potentiels mais que ses atouts ne sont pas assez assez exploités et pas assez valorisés, voire pas du tout pris en compte et détruits. Ces atouts, tant physiques (patrimoine,...) que humain (écoles supérieures, associations, habitants,...) doivent être identifiés, et mis à profit afin de rendre la ville meilleure pour tous et utilisés comme leviers de développement et d'attractivité.

Les diverses municipalités ont rénové des rues, créé divers évênements (braderies, des Lyres d'été, des Lyres d'hiver, le marché bio,...). La reprise du stationnement en ouvrage en régie directe est une trèe bonne chose, le projet ACVL (Aménagement Coeur de Ville Loire) mené par l'actuelle majorité va dans le bon sens en rénovant l'axe Wilson - Denis Papin - Porte côté, ainsi que le Square Victor Hugo et une partie des quais, mais cela ne suffira pas (d'autant que le projet est prévu sur une quinzaine d'années).

Il faut cerner les réels besoins, connaître les préoccupations des hommes et des femmes qui y habitent, qui y font leur courses, qui y travaillent, ou qui n'y viennent plus, saisir les différentes problématiques et y apporter des réponses. Il faut une vraie ambition, une vision globale, de la cohérence dans les projets, adopter une véritable stratégie, ce qui n'est pas le cas actuellement.
Aujourd'hui, de nombreux projets vont à l'encontre de cette redynamisation et de ce renforcement du statut de centre-ville, comme la construction d'une salle multi-culturelle (salle dite du jeu de Paume) à l'extérieur du centre-ville, qui accueillera un certain nombre d'activités culturelles et de salons se déroulant aujourd'hui à la Halle aux Grains, ou comme les navettes de soirées, qui circulent jusqu'à 00h30 à partir de Cap'Ciné/Quick le week-end, mais uniquement jusqu'à 22h30 à partir du centre-ville, défaforisant ainsi les restaurants et les activités culturelles du centre-ville au profit de sa périphérie. Il faut que les offres du centre-ville soient en adéquation avec le demande, qu'ils soient chalands, commerçants ou habitants. Ce qui est incohérent !
Jeu d'échecs géant
Possibilité de jardins partagés.